Il existe deux types d’avortement au Canada : l’avortement chirurgical et l’avortement médical. L’avortement médical utilise des médicaments, au lieu d’une intervention chirurgicale par aspiration ou d’instruments, pour mettre fin à une grossesse au stade précoce. Tous deux sont des procédures sécuritaires, ont des taux de complication excessivement faibles et ne semblent pas affecter les grossesses futures.

En juillet 2015, à l’issue d’un des plus longs processus d’approbation de médicament de son histoire, Santé Canada a approuvé la pilule abortive Mifegymiso (nom de marque canadien du médicament combinant la mifépristone et le misoprostol).

Mifegymiso est le nom de marque canadien de la combinaison des médicaments mifépristone et misoprostol. Cette combinaison vise à remplacer le régime utilisé jusqu’ici au Canada pour l’avortement médical. Avant l’approbation de la mifépristone, les fournisseurs de soins de santé qui offraient des services d’avortement médical donnaient une combinaison de méthotrexate hors indication et de misoprostol. Le taux de succès général, les effets secondaires et le faible risque de complications sont similaires pour les deux régimes, mais l’avortement déclenché à la mifépristone est une utilisation indiquée, peut être pratiqué à un stade plus tardif et aboutit plus vite qu’avec le méthotrexate.

La combinaison de mifépristone et de misoprostol est la méthode recommandée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’avortement médical; et elle figure sur sa liste des médicaments essentiels depuis 2005. La mifépristone est utilisée depuis près de 30 ans, est offerte dans plus de 60 pays et présente un excellent bilan d’innocuité et d’efficacité. Rendre ce médicament accessible aux Canadien(ne)s est une étape importante pour leur assurer les meilleurs soins possible de santé sexuelle et génésique.