Action Canada pour la santé et les droits sexuels applaudit la recommandation finale du Comité canadien d’expertise sur les médicaments de l’ACMTS concernant la pilule abortive nouvellement approuvée au Canada, Mifegymiso (une combinaison de Mifépristone et de Misoprostol). Le Comité d’expertise recommande le remboursement du coût de Mifegymiso par les provinces et territoires.

Après la publication de cette recommandation, l’Alberta et l'Ontario ont emboîté le pas au Nouveau-Brunswick, devenant la deuxième et troisième province canadienne à s’engager au remboursement universel du coût de Mifegymiso par son régime provincial de soins de santé. Mifegymiso est l’étalon-or de l’Organisation mondiale de la Santé en matière d’avortement médical et figure sur sa liste de médicaments essentiels depuis plus d’une décennie. Il est utilisé depuis plus de 30 ans, affiche un bilan de sécurité et d’efficacité exceptionnel et est disponible dans plus de 60 pays.

Les populations de patientes examinées par l’ACMTS avaient un âge gestationnel allant jusqu’à 56 à 63 jours (8 à 9 semaines), au lieu de la limite de 49 jours (7 semaines) imposée par Santé Canada. Mifegymiso est offert jusqu’à la 9e semaine de gestation aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Écosse, entre autres, et jusqu’à la 12e semaine en Norvège.

Action Canada exhorte une fois de plus tous les gouvernements provinciaux et territoriaux à assurer promptement la couverture du coût de l’avortement médical par leurs régimes publics de soins de santé. Et, considérant le nombre d’individus ayant besoin d’un avortement entre 7 et 9 semaines de gestation, nous exhortons Santé Canada à prolonger à 9 semaines la limite gestationnelle présentement fixée à 7 semaines, tel qu’étudié par le Comité d’expertise.

Le véritable choix exige un réel accès! #AccesPourVrai