La réponse courte est OUI.

Mifegymiso peut être prescrit par les médecins et plusieurs pharmacies l’ont en stock. En principe, au Canada, toute personne souhaitant mettre fin à une grossesse avant la limite de gestation permise pour l’avortement médical et ayant accès à un médecin devrait être en mesure d’obtenir une ordonnance. Mais en réalité, l’accès à Mifegymiso est encore compromis; il est plus ou moins facile d’y accéder, selon le lieu où vous habitez.

Qu’est-ce qui complique l’accès?

Après son approbation par Santé Canada en juillet 2015, Mifegymiso était censé être accessible au public à compter du printemps 2016, mais sa distribution a rencontré de nombreux obstacles, notamment des retards de fabrication. Ce retard est également dû à la nécessité de composer avec certaines restrictions que Santé Canada a imposées dans son approbation du médicament (HEALTH CANADA TAKE ACTION), notamment une formation [jusqu’à récemment] obligatoire (qui a dû être développée) pour les médecins prescripteurs et les pharmaciens.

La formation fournie par la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) n’est plus obligatoire : Santé Canada a aboli cette exigence en mai 2017. Action Canada pour la santé et les droits sexuels continue d’encourager les praticiens des soins de santé à suivre la formation de la SOGC pour mieux comprendre la prestation de services d’avortement médical. Nous incitons aussi les prescripteurs et pharmaciens à s’inscrire aux répertoires qui relient les fournisseurs, les distributeurs et le public. Nous invitons également les prescripteurs et les dispensaires à se joindre à une communauté de pratique afin de recevoir le soutien d’autres fournisseurs de soins de santé qui offrent des services d’avortement médical ou fournissent Mifegymiso dans leur région.

Mifegymiso a finalement été mis en vente en janvier 2017. Bien que cela constitue un progrès, plusieurs autres obstacles superflus font en sorte qu’il demeure difficile pour le public d’accéder au médicament pour l’avortement médical. Notamment, le coût de Mifegymiso varie entre 300 et 450 $, ce qui le rend hors de portée pour plusieurs personnes qui auraient à le payer de leur poche.

Action Canada a exhorté tous les gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi que le gouvernement fédéral, à assurer promptement que le coût de l’avortement médicamenteux sera couvert par leurs régimes publics de soins de santé (COST COVERAGE PAGE). À ce jour, le Nouveau-Brunswick, l’Alberta, l’Ontario, le Québec et la Nouvelle-Écosse ont répondu à l’appel. Les résidents du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario et de l’Alberta ont à présent accès gratuitement à Mifegymiso. Il en sera de même pour les résidents du Québec et de la Nouvelle-Écosse plus tard cet automne. Deux programmes fédéraux ont également emboîté le pas en ajoutant Mifegymiso à leurs formulaires. (FEDERAL PATIENTS)

Si vous vivez en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Manitoba, à l’Île-du-Prince-Édouard ou à Terre-Neuve-et-Labrador, vous ne bénéficiez pas de la couverture universelle du coût de Mifegymiso. Une couverture partielle est offerte à certains résidents de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan; le médicament est offert gratuitement dans un nombre limité de sites au Manitoba; et les gouvernements de l’Î.-P.-É. et de T.-N.-L. n’ont pas encore annoncé de couverture. Cela est vrai également pour de nombreux patients relevant du gouvernement fédéral, (FEDERAL PATIENTS) y compris les personnes incarcérées purgeant une peine de plus de deux ans, les membres en service actif des Forces canadiennes et les anciens combattants admissibles. Certains assureurs privés pourraient offrir une couverture du médicament, mais toutes les autres personnes qui n’ont pas d’assurance privée ou qui ne reçoivent pas une forme d’assistance sociale (dans les provinces ayant ajouté le médicament à leur formulaire) devront le payer de leur poche. 

Plusieurs autres obstacles empêchent Mifegymiso d’être accessible à toutes et tous, au Canada, même si la couverture du coût est promise ou en vigueur.

Plus d’information (TAKE ACTION)