Crédit photo The Javorac

À propos de la nouvelle pillule abortive

MIFEGYMISO

Le médicament Mifegymiso a été approuvé au Canada en juillet 2015 et on prévoyait son entrée sur le marché au printemps 2016, mais il a rencontré entre-temps plusieurs obstacles de parcours, y compris un retard dans la fabrication. Mifegymiso (le nom commercial utilisé au Canada pour la combinaison de mifépristone et de misoprostol) remplacera le régime pour l’avortement médical en vigueur au Canada; le régime utilisé jusqu’ici était une combinaison de méthotrexate et de misoprostol, en utilisation non indiquée sur l’étiquette et comportant une probabilité plus importante de complications, dont l’avortement incomplet. La date d’arrivée de Mifegymiso sur le marché est novembre 2016 et le prix de vente prévu se situe entre 270 $ et 300 $ par régime. Le début de la formation des intervenants est prévu à la fin d’octobre 2016.

Mifegymiso est l’étalon or désigné par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’avortement médical; il figure sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS depuis 2005. Il est utilisé depuis plus de 30 ans, son dossier d’innocuité et d’efficacité est excellent et il est offert dans plus de 60 pays. L’avortement médical fait appel à des médicaments, plutôt qu’à une chirurgie, pour mettre fin à une grossesse. Ce moyen ne peut être utilisé qu’en début de grossesse. Le régime combinant le méthotrexate et le misoprostol peut être utilisé jusqu’à sept semaines après le premier jour de la plus récente période menstruelle; Mifegymiso, pour sa part, peut être utilisé jusqu’à dix semaines après le premier jour de la plus récente période menstruelle.

Le processus du Programme commun d’évaluation des médicaments et la demande à l’ACMT 

Pour qu’un nouveau médicament soit ajouté aux formulaires provinciaux/territoriaux,  il doit être soumis à une évaluation; cette évaluation est réalisée par l’instance appelée Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS).

Celopharma, le distributeur canadien de Mifegymiso, a soumis une demande d’évaluation à l’ACMTS en janvier 2016. Ce processus coûte plus de 72 000 $. En mai 2016, Celopharma a retiré officiellement sa demande d’évaluation en raison du coût élevé. Cependant, au début d’octobre 2016, on a rapporté que Celopharma allait redéposer une demande d’évaluation à l’ACMTS. Celle-ci procède actuellement à l’évaluation de Mifegymiso en vertu du programme commun afin de déterminer si le médicament sera inscrit sur les formulaires de médicaments des régimes publics des provinces et territoires. Le processus du Programme commun d’évaluation dure entre 19 et 25 semaines.