Crédit photo Ferran Jordà

Informations importantes

  1. Les restrictions actuelles ne répondront pas aux défis qui persistent dans l’accès à l’avortement au Canada.
     
  2. Les gouvernements provinciaux et territoriaux doivent établir des programmes pour assurer la couverture du coût de Mifegymiso dans leurs régimes d’assurance, y compris une couverture spéciale pour les individus n’ayant pas d’assurance-santé provinciale/territoriale.
     
  3. Le gouvernement fédéral pourrait établir un programme pour couvrir l’ensemble des coûts associés à Mifegymiso. Ce programme pourrait servir de fondement à une éventuelle stratégie nationale d’assurance-médicaments.
  4. Les restrictions actuelles doivent être révisées afin de :
  • Prolonger la limite de gestation à 10 semaines. 
  • Abolir l’exigence de distribution exclusive par des médecins et envisager des façons d’assurer le transfert des tâches, dans la prestation de l’avortement médical, en formant d’autres professionnels de la santé (comme des infirmier(ère)s praticien(ne)s et des sages-femmes) et en leur permettant de fournir ces services.
  • Abolir l’exigence d’échographie obligatoire.
  • Abolir l’exigence de supervision médicale de l’administration du médicament à la patiente.
  • Créer un registre national publiquement accessible des professionnels de la santé qui sont formés pour prescrire Mifegymiso afin que les personnes qui ont besoin de ces services ou les professionnels qui veulent recommander des patientes sachent qui est formé pour le prescrire.