La pilule abortive sera plus accessible

La pilule abortive sera plus accessible

Pris à partie par des militantes, des féministes et des médecins au sujet de la pilule abortive, le Collège des médecins du Québec (CMQ) assouplit les exigences de formation nécessaires pour la prescrire. Le CMQ était accusé de ralentir l’accès à ce soin au Québec, alors que seulement quatorze cliniques l’offrent pour le moment, contre près de cinquante qui pratiquent l’avortement chirurgical.

Pilule abortive : pas de couverture universelle en Saskatchewan

Pilule abortive : pas de couverture universelle en Saskatchewan

Alors que 6 provinces canadiennes sur 10 offrent une couverture universelle pour la pilule abortive Mifegymiso ou RU-486, le ministère de la Santé de la Saskatchewan ne se dirige pas vers une décision semblable.

À l’heure actuelle, la pilule abortive est offerte gratuitement avec l’assurance maladie en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

« Vous recevez votre prescription, vous allez à la pharmacie et vous montrez simplement votre carte d’assurance maladie pour recevoir le médicament gratuitement », indique Frédérique Chabot, directrice pour la promotion de la santé à Action Canada : pour la santé et les droits sexuels.

La pilule abortive a été prescrite plus de 4000 fois au Canada en 2017

La pilule abortive a été prescrite plus de 4000 fois au Canada en 2017

Santé Canada annonce que les pharmacies canadiennes ont distribué plus de 4253 doses de la pilule abortive Mifegymiso en 2017 – sa première année sur le marché.

En janvier, la Colombie-Britannique est devenue la sixième province à couvrir entièrement le médicament, après l'Ontario, le Québec, l'Alberta, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick.

Les organisations pro-choix font pression sur les autres provinces et territoires pour qu'ils fassent de même, soulignant la vulnérabilité des femmes qui vivent dans des secteurs ruraux et dans des régions où l'accès à l'avortement est restreint.

La pilule abortive de plus en plus privilégiée par les patients de T.-N.-L.

La pilule abortive de plus en plus privilégiée par les patients de T.-N.-L.

La pilule abortive, qui interrompt une grossesse non désirée, pourrait devenir de plus en plus privilégiée par les patientes, selon la propriétaire d'une clinique d'avortement de Saint-Jean, Terre-Neuve. Elle dit que 35 personnes y ont eu recours depuis que cette option, qui n'est pas couverte par la province, est disponible à sa clinique, il y a un peu plus d'un an.

Pétition pour la pilule abortive

Pétition pour la pilule abortive

Le Centre de planning des naissances d’Ottawa lance aujourd’hui une pétition demandant au gouvernement de l’Ontario, de couvrir les frais reliés à la pilule abortive, nouvellement autorisée au Canada. Selon la coprésidente du Centre, Laura Colella, les médecins ontariens doivent suivre une formation de 6 heures et les pharmaciens, de 3 heures pour pouvoir prescrire et livrer le médicament. Elle estime que peu d’entre eux seront intéressés à le faire, ce qui rend la pilule très difficile à obtenir. Le coût d’une prescription est de 400$, un montant qui laisse peu d’alternative aux femmes à faible revenus. Les informations concernant la pétition se trouvent sur le site web du Centre de planning des naissances d’Ottawa. Crédit photo: radio-canada.ca

Santé Canada approuve finalement la pilule abortive

Santé Canada approuve finalement la pilule abortive

Santé Canada donne le feu vert à l’utilitsation de la pillule abortive, qui sera disponible sur ordonnance en pharmacie et pourra être prise à la maison. Une annonce qui risque d’avoir un impact majeur sur la façon dont se pratiquent les avortements au pays. Le reportage de Normand Grondin y compris une entrevue avec Fred Chabot d’Action Canada.