En mai 2017, il a été annoncé que le Programme des services de santé non assurés (PSSNA) allait couvrir les coûts de Mifegymiso pour les Inuits et les personnes des Premières Nations qui sont admissibles.

La Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits (DGSPNI) fournit aux Inuits et aux personnes des Premières Nations qui sont admissibles une gamme de services de soins primaires, de promotion de la santé communautaire, de prévention des maladies, de même que des services de santé non assurés qui complètent l’assurance maladie fournie par les provinces, territoires ou des régimes d’assurance privée.

La couverture de Mifegymiso doit être offerte par la DGSPNI en tant que service médical standard et nécessaire, pour éviter l’inégalité dans l’accès à l’avortement, pour les Inuits et les personnes des Premières Nations qui ne sont pas couverts par le régime d’assurance maladie de leur province ou territoire.

Le Programme des services de santé non assurés s’est engagé à couvrir les coûts de Mifegymiso. Toutefois, nous recommandons que la DGSPNI s’engage à couvrir ce médicament en tant que service de santé primaire, plutôt que de le reléguer au rang de médicament offert dans le cadre d’un ensemble étendu de prestations additionnelles de médicaments du programme des SSNA. Cette distinction a des répercussions sur la décision des provinces de couvrir les coûts du médicament en tant que service de santé primaire (c.-à-d. accessible à tous les individus couverts par leur régime provincial/territorial) plutôt que de l’ajouter à un formulaire public ou privé de couverture complémentaire.

 

Obstacles à l’accès

Nous incitons le gouvernement fédéral à :

Action Canada considère la promesse de la DGSPNI comme un pas dans la bonne direction, mais nous recommandons que la DGSPNI couvre Mifegymiso en tant que service de santé primaire, plutôt que dans le cadre d’un ensemble étendu de prestations additionnelles de médicaments du programme des SSNA. Ceci dit, l’accès amélioré à des soins de santé sexuelle et génésique ne dépend pas exclusivement du caractère abordable. Action Canada est en faveur d’approches complètes et holistiques, pour s’attaquer aux disparités dans l’accès aux soins de santé.

Plusieurs facteurs affectent la santé des personnes autochtones du Canada, notamment la pauvreté, le racisme, les effets intergénérationnels de la colonisation, les pensionnats et la Rafle des années 60. Un obstacle important à la bonne santé est la relation entre les personnes et communautés autochtones et le système de soins de santé proprement dit.   

Il est crucial qu’au-delà de couvrir les coûts de Mifegymiso, le gouvernement fédéral prenne toutes les mesures nécessaires pour répondre à ce qui affecte fondamentalement la santé des peuples autochtones et à tous les obstacles qui nuisent à l’accès à des soins de santé complets et de grande qualité.

1. Assurer l’accès équitable, facile et en temps opportun à un ensemble complet de services de santé sexuelle et génésique pour toutes les personnes couvertes par la DGSPNI.

2. Mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

3. Requérir qu’une formation sur la sécurité culturelle soit donnée à toutes les personnes associées à la prestation de services de soins de santé.

4. Assurer le financement approprié et en temps opportun des services de soins de santé fournis par la DGSPNI, de sorte que les personnes puissent avoir accès à tous les services couverts par l’assurance maladie des provinces et territoires.

5. Soutenir la création de services de santé et liés à la santé qui soient axés sur les besoins des Autochtones et dirigés par ceux-ci.

6. Soutenir des efforts pour accroître le nombre de fournisseurs de soins de santé qui sont autochtones.

7. Soutenir l’emploi de rôles spécialisés, comme des pairs navigateurs autochtones, pour servir de lien entre les patients autochtones et le système de soins de santé chargé de leur fournir des services.